HUB TECH CVL
Articles publics

COMPRENDRE L’INDUSTRIE DU FUTUR AVEC LA CCI DU CHER

USINE DU FUTUR, INDUSTRIE 4.0, SMART MANUFACTURING, INDUSTRIE DU FUTUR… LES APPELLATIONS SONT NOMBREUSES MAIS DÉCRIVENT LES MÊMES PRINCIPES : L’ÉVOLUTION DES PROCESSUS DE PRODUCTION DANS L’INDUSTRIE. LANCÉE EN 2013, LE PROJET A POUR AMBITION DE TRANSFORMER LE MODÈLE INDUSTRIEL ACTUEL PAR LE NUMÉRIQUE. EXPLICATIONS AVEC BERNARD PONCET, CONSEILLER ENTREPRISE, COMPÉTITIVITÉ ET INNOVATION À LA CCI DU CHER.

POURRIEZ-VOUS DÉFINIR L’INDUSTRIE DU FUTUR ?

L’Industrie du Futur c’est un nouveau modèle d’organisation et de nouveaux moyens de production. C’est l’intégration du digital dans l’outil industriel en réponse à des attentes sociétales et individuelles qui évoluent extrêmement vite. Actuellement, nous vivons la 4ème révolution industrielle basée sur le rapprochement des usines avec le monde de l’Internet. Il fallait renouveler les modèles de production pour notamment combattre les productions à bas prix pratiquées à l’étranger. Fer de lance de la compétitivité française, son objectif, c’est de pouvoir répondre à un client en proposant un produit personnalisé sur un délai court à un prix attractif qui incite à finaliser l’achat. Ce nouveau modèle repose sur cinq piliers : le développement de l'offre technologique par la 3D, les objets connectés, la réalité augmentée (…) ; l'accompagnement des entreprises dans leur transformation digitale ; la formation des salariés via une montée en compétences sur le numérique et la robotisation ; le renforcement de la coopération internationale ; la promotion de l'Industrie du Futur.

QUELS LIENS AVEC LE DISPOSITIF TERRITOIRES D’INDUSTRIE ?

C’est le même topo sur un territoire plus restreint pour Territoires d’Industrie. Territoires d’Industrie, c’est, à l’origine, 124 périmètres identifiés pour plus d'un milliard d'euros de financement avec une gestion décentralisée. Quatre EPCI sont concernés dans le Cher : - Bourges Plus - Cœur de Berry - Vierzon Sologne Berry - Sauldre et Sologne. L’action Territoires d’Industrie implique trois niveaux de gouvernance : locale, régionale et nationale. Ces territoires bénéficieront d'un engagement spécifique de l'Etat, qui mobilisera des politiques publiques pour appuyer et accompagner les projets. La logique est globalement la même que pour celle de l’Industrie du Futur : partir du terrain et des Hommes pour susciter et faire remonter des projets qui pourront le cas échéant être soutenus financièrement par les partenaires publics comme le Conseil régional ou BPI France.

À QUEL MOMENT UNE ENTREPRISE PEUT-ELLE ÊTRE IDENTIFIÉE INDUSTRIE DU FUTUR ?

On peut dire qu’une entreprise est engagée dans une démarche Industrie du Futur quand celle-ci a mis en place plusieurs briques technologiques. Parfois, les principales briques existent déjà. Rassemblées, même partiellement dans une même unité de lieu, elles créent un mode de production de rupture. Douze briques sont clairement identifiées : les logiciels, l’impression 3D, l’usine virtuelle, la cobotique ou robotique collaborative, la réalité augmentée, la radio-identification, les machines intelligentes, le contrôle non-destructif, l’entreprise étendue, l’internet des objets, la gestion des aléas et la notion produit-service.

L’OUTIL DIRIGE DONC LES HOMMES ?

Clairement non. Les usages du numérique que nous connaissons dans notre vie privée arrivent maintenant dans le monde professionnel. Le point « critique » du changement ce sont les Hommes. Les salariés ne veulent plus avancer là où on leur dit d’aller. Les outils, de plus en plus sophistiqués, permettent d’accéder aux informations quel que soit le niveau hiérarchique. Chaque personne peut améliorer son propre process et donner du sens à son travail tout en conservant son efficacité et celle de l’entreprise. Nous passons d’une organisation responsabilisante à une organisation apprenante. L’Industrie du Futur, c’est bien plus que la digitalisation de l’outil de production. C’est une nouvelle façon de nous organiser et de collaborer au cœur même de l’entreprise. C’est finalement plus une révolution sociale que technologique. Nous sommes bien dans une démarche collaborative en partant du terrain. L’Industrie du Futur se construit autour de l’Homme d’abord puis autour des moyens et des outils.

QUELS SONT LES BÉNÉFICES POUR LES ENTREPRISES ET LES CLIENTS ?

Avec une industrie capable de s’adapter à tous types de changement, délocaliser dans les pays à bas coûts de salaire perd tout son sens. Les entreprises, investies dans la démarche, ont accès à une multitude d’informations en temps réels (big data) et possèdent, de fait, une souplesse d’adaptation et de personnalisation pour le client incomparable. L’entreprise devient ludique et attractive avec cette émulation liée aux nouvelles technologies. Quand elle mise sur des moyens de production à la pointe et sur l’Humain, la délocalisation est difficile. L’entreprise industrielle devient donc une usine connectée, apportant ainsi des gains évidents en flexibilité, traçabilité, réactivité avec une optimisation poussée des cycles de production. À l’instar des voitures, les consommateurs peuvent payer un peu plus cher s’il y a une personnalisation. Dorénavant, pour réussir le sur-mesure, l’outil de production doit être connecté, sécurisé, et les Hommes formés. Désormais la qualité prime sur la quantité et la notion de service devient une priorité.

COMMENT LA CCI DU CHER ACCOMPAGNE-T-ELLE LES ENTREPRISES DANS CETTE DÉMARCHE ?

La CCI du Cher, avec notamment Alain MERCIER, membre élu associé, s’est particulièrement investi pour accompagner les entreprises du Cher vers une industrie plus digitale et communicante, optimisée et créative. Cette démarche se fait en s’appuyant sur les Hommes en intégrant le volet RSE et Développement Durable. Ainsi pour exemple nous mobilisons un groupe d’entreprises pour mettre en place de manière collective une démarche d’écologie industrielle territoriale (EIT). Nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur l’existence d’une association nommée BE Sud qui rayonne sur plusieurs zones d’activités dont celles des Danjons et de l’échangeur A71 à Bourges. La CCI du Cher est aussi un acteur dans la mise en œuvre de l’action régionale Industrie du Futur et fait le lien avec et entre les chefs d’entreprise ou responsables opérationnels. Nous organisons des « ateliers IDF » (5 rencontres par an) qui sont des rencontres inter-entreprises et apportons un soutien au groupe « Berry Lean Industries Club » animé par Romain Pujol de MBDA Bourges (3 rencontres par an). Nous avons aussi la capacité d’évaluer le niveau de maturité des entreprises en réalisant en deux heures un « SCAN Industrie du Futur » et de proposer à partir de cette évaluation un plan d’actions. Pour faciliter les échanges au niveau local avec les entreprises et autres structures professionnelles, sociales, formations techniques et supérieures, universitaires, économiques, etc., nous proposons à nos communautés d’échanger et de partager idées et projets via la plateforme numérique HUBTECH CvL.

UN DERNIER MESSAGE ?

L’Industrie du Futur est un défi à relever ici et maintenant en associant les grandes entreprises locales, les PME et les Startups. C’est une vraie opportunité pour réindustrialiser la France, et renforcer notre région et plus particulièrement les « Territoires d’Industrie » du Berry avec à la clé de nouveaux emplois, et de nouveaux modes de production comme nous l’avons évoqués.

Bernard PONCET - Compétitivité et innovation - Chambre de Commerce et d'Industrie du Cher - Esplanade de l’Aéroport - Avenue d'Issoudun - 18000 BOURGES - Tél. : 02 48 67 80 64 - bponcet@cher.cci.fr

Site CCI du Cher Site Smarttech-solutions Site Alliance Industrie du Futur 

Jennifer ROUMET pour HUBTECH CvL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *