HUB TECH CVL
Articles publics

ÉPICERIE SOCIALE ESOPE À BOURGES : « L’INTELLIGENCE DU CŒUR »

ESOPE EST UNE ÉPICERIE SOCIALE ET SOLIDAIRE CRÉÉE EN 2012 À BOURGES PAR LA BANQUE ALIMENTAIRE DU CHER. 1375 ÉTUDIANTS SUR LES 4 500 DU BASSIN ÉCONOMIQUE Y SONT ACTUELLEMENT INSCRITS. AU FUR ET À MESURE DES ANNÉES ET DES BESOINS, ESOPE A SU S’ADAPTER POUR PROPOSER DE NOUVEAUX SERVICES. PIONNIÈRE EN FRANCE DANS SON CONCEPT, L’ÉPICERIE OFFRE BIEN PLUS QU’UN PANEL DE PRESTATIONS. LES ÉQUIPES ET LES BÉNÉVOLES S’INVESTISSENT POUR ANIMER LES LIEUX AVEC « L’INTELLIGENCE DU CŒUR » ET PARTAGENT DES « TRANCHES DE VIE » AVEC LES BÉNÉFICIAIRES…

Dans une épicerie sociale étudiante classique, seuls les étudiants de l’université d’implantation y ont accès. À Bourges, tous les établissements et leurs élèves sont concernés. Les bénéficiaires proviennent de bon nombre d’entre eux : les lycées Jacques-Cœur et Marguerite-de-Navarre, l’IUT, l’ENSA, le Creps, l’INSA, les IFSI de Bourges et de Vierzon, l’ESPE, le CFA, la Faculté de Droit…

UN RESTE À VIVRE PARFOIS PROCHE DE ZÉRO

L’idée a germé dans la tête de Jacques LAFFITTE, Président de la Banque Alimentaire du Cher qui a demandé à des étudiantes du lycée agricole du Subdray, de sonder les élèves de leur entourage. Le résultat fut sans appel : 13 % d’entre eux étaient en situation de précarité alimentaire. Les étudiants savaient qu’il existait alors une aide possible, mais ne voulaient pas s’y rendre : files d’attente, critiques, agressivité, premier arrivé premier servi… Avec un budget restreint, parfois proche de zéro, certains ne faisaient qu’un seul repas par jour. Devant cette misère sociale cachée, le projet ESOPE s’est concrétisé. Il était innovant et touchait les jeunes, le montage financier n’a donc pas posé de problème. Tous les partenaires ont joué le jeu et ont répondu présent. Le lieu sera dédié aux étudiants en situation précaire et ils y achèteraient leurs produits de consommation sans y faire l’aumône.

UNE ÉQUIPE FORMÉE, ÉPAULÉE PAR 25 BÉNÉVOLES

ESOPE est dirigée par Inès, secondée par Florian et Maxime. Ils bénéficient de la formation continue et Inès et Florian sont formés « Responsable Hygiène et Sécurité Alimentaire ». Pour Jacques LAFFITTE : « Ils vont peut-être partir un jour, mais pas sans un bagage professionnel. C’est très important dans notre démarche. Ils ont des idées, ils sont autonomes et nous les soutenons. ». ESOPE fait partie intégrante de l’économie sociale et solidaire du département du Cher. Avec la Banque Alimentaire, pas moins de 15 salariés œuvrent quotidiennement pour aider leur prochain. Côté « bénévoles », pas de turn-over ! L’ambiance familiale attire : les stagiaires reviennent donner de leur temps et les fidèles ramènent les amis. Impliqués dans la vie de l’association et dans ses changements, les 25 bénévoles rangent, trient, mettent en rayon… accueillent et accompagnent les bénéficiaires. Engagés et passionnés, tous ont à cœur de respecter les étudiants et d’observer la plus grande confidentialité.

UN PRIX POIDS PLUME POUR LES MÊMES PRODUITS QU’AU SUPERMARCHÉ

Tout ressemble au supermarché : chariot, secteur surgelé, plats préparés, fruits et légumes, produits non-alimentaires (hygiène, entretien, parfums, jouets, secteur bébé…). Les dates de péremption ne sont pas dépassées et certains produits sont de marque. On retrouve aussi les promotions sur les arrivages et les soldes sur les vêtements. Les étudiants peuvent y trouver 85 % des produits dont ils ont besoin. D’ailleurs, certains ne font pas de courses ailleurs. 40 à 50 étudiants viennent chaque jour avec une fréquentation record de 90 personnes. En moyenne, les bénéficiaires achètent chez ESOPE entre 6 et 12 euros de courses par semaine. C’est l’équivalent de 80 euros dans une enseigne hard-discount. Les achats sont plafonnés à 15 euros par semaine pour pouvoir aider le plus grand nombre. Sur le ticket de caisse sont inscrits le nom du bénéficiaire, la date (un passage par jour autorisé), le nombre et le type de produits achetés, le prix payé ET le prix qu’ils auraient payé ailleurs.

TOUJOURS S’ADAPTER POUR RÉPONDRE À DE NOUVEAUX BESOINS

Les besoins apparaissent au fil des mois. Pour preuve la création du secteur bébé pour les étudiantes-mères qui n’avait pas été identifiées à l’ouverture. Depuis le début du projet, les vêtements neufs (et chaussures), la petite vaisselle, les livres ont fait leur apparition. Un point impression est aussi proposé avec sorties directes, copies et reliures à moindre coût. Depuis février 2018, l’espace laverie (3 sèche-linge et 3 lave-linge) bat son plein sous la bienveillance de Danielle, une bénévole. La lessive est comprise dans le prix : 2 euros le lavage, 50 centimes le sèche-linge. Danielle recoud également les vêtements et plie le linge près de la planche à repasser et de la machine à coudre mises à disposition. Serge, quant à lui, dispense des cours de Français Langue Étrangère (FLE) depuis près d’un an dans une salle dédiée et avec le café !

ESOPE C’EST AUSSI UN LIEU DE VIE

Vous l’aurez compris, ESOPE c’est aussi un lieu de vie, de rencontres et de partages. C’est une maison sociale avant même d’être une épicerie ! Une fois passée la porte, pas de jugement, ni d’a priori. Une ambiance chaleureuse se dégage des lieux, autour d’un thé, d’un gâteau ou bien en regardant la télé. C’est un lieu où les bénéficiaires aiment se retrouver. « C’est un peu une boite de nuit sans musique. C’est un point de repère à l’instar des écoles et des appartements des potes » confie Florian. L’été est rythmé par l’organisation de soirées barbecue, l’hiver par les soirées raclette. Bientôt, un marais partagé devrait permettre aux bénéficiaires de cultiver leurs propres légumes, de se retrouver en dehors du cadre habituel.

Chez ESOPE, on y créé du lien social en aidant les étudiants en difficulté. Certains d’entre eux partent avec les larmes aux yeux, d’autres écrivent ou reviennent pour donner des nouvelles. Les témoignages sont touchants et l’équipe d’ESOPE « Fière d’être les plus mauvais commerçants du coin ». Et la belle philosophie des lieux commence à s’expatrier. Sous son égide, une structure semblable a été inaugurée l’année dernière à Clermont-Ferrand…

ESOPE – Épicerie sociale - 16 avenue Marx Dormoy – 18000 BOURGES - esope180@orange.fr - 02 48 24 45 18 – Heures d’ouverture : 14h à 19h du lundi au jeudi et de 10h30 à 16h le vendredi.

Pour devenir bénéficiaire : être orienté par un service social (ou prendre contact directement avec ESOPE). Etre étudiant / jeunes travailleurs (ex. : apprentis) avec son logement. Avoir moins de 30 ans et ne pas dépasser un certain seuil de ressources.

http://esope.ovh

https://www.facebook.com/esope.infos/

Jennifer ROUMET pour HUBTECH CvL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes actuellement hors ligne