Articles publics

Galerie La Box à Bourges, le sésame vers l’art contemporain !

Aucun commentaire
6

Depuis bientôt trente ans, la galerie d’art contemporain La Box accueille des artistes en résidence. Partie intégrante de l’École nationale supérieure d’art (Ensa), ce « cabinet de curiosités » décomplexe les réfractaires et ravit les inconditionnels.

À La Box, la diversité s’invite à chaque exposition que ce soit par les artistes accueillis, les sujets abordés, les matériaux et supports utilisés ou encore l’occupation de l’espace à disposition. La galerie ouverte au grand public, propose entre huit et dix expositions par an, permettant aussi aux étudiants de bénéficier de la présence de professionnels et artistes du monde de l’art contemporain.

« À La Box, on peut entrer et discuter »

L’Ensa est une des deux écoles en France à avoir une galerie d’art contemporain intégrée pour « montrer » aux publics extérieurs, à savoir les écoles (lycées et établissements d’enseignement supérieur du Cher) et les particuliers. C’est un outil participatif avec les élèves de l’Ensa pour un travail avec les artistes et les commissaires d’exposition en communication, écriture, conceptualisation… Jusqu’à la mise en espace.

Les artistes sont en résidence dans des ateliers-logements au-dessus de la galerie. Ils bénéficient ainsi de la logistique et des ateliers de l’école pour poursuivre leur travail artistique. Ils viennent à l’école pour une durée de trois mois et travaillent avec les étudiants notamment dans le cadre de workshops (ateliers collaboratifs). Les commissaires d’exposition, invitent quant à eux les artistes. Ces expositions, s’inscrivent dans une démarche pédagogique et expérimentale et sont très souvent conçues en collaboration avec les étudiants.

La programmation de La Box s’inscrit dans des projets locaux en fonction des événements. Pour exemple avec la Région Centre – Val de Loire pour « Perspectiv’Act » pour les 500 ans de La Renaissance ou bien avec la Ville de Bourges pour le parcours berruyer « Bourges Contemporain ». D’autres projets sont aussi programmés, nationaux ou internationaux ou à l’initiative des enseignants eux-mêmes.

Pour chacune des expositions, un petit-déjeuner est organisé un samedi matin pour échanger avec les artistes et/ou le/les commissaires d’exposition. C’est un moment convivial autour d’un café qui permet de créer du lien entre l’art contemporain et les personnes qui n’osent peut-être pas poser des questions individuellement ou qui souhaitent tout simplement en savoir plus. Pour Véronique FRÉJABUE, coordinatrice de la galerie : « À La Box, on peut entrer et discuter. Même en dehors des petits déjeuners, il y a toujours un médiateur pour vous accueillir ou vous accompagner dans la visite de l’exposition. »

9 rue Édouard Branly À Bourges – Ouvert du mardi au samedi de 14 h à 18h – Fermé les jours fériés 

Lien vers la présentation de La Box

Exposition EMOTIONAL LABOR jusqu’au 25 janvier 2020​

Actuellement à l’Ensa, EMOTIONAL LABOR est une programmation curatoriale qui s’inscrit dans un cycle en trois actes : des ateliers avec les étudiants qui ont travaillé avec les deux artistes sur la réécriture de textes de chansons populaires ; l’exposition éponyme de Marijke DE ROOVER et Adrian MABILEAU EBRAHIMI TAJADOD à la Box) et une exposition collective à venir sur les émotions, intitulée « To Thomas » (13 février au 21 mars 2020, toujours à La Box).

Lucas MORIN et Sasha PEVAK en sont les commissaires d’exposition, des curateurs artistiques à l’instar des metteurs en scène. Ils ont accompagné les deux artistes pour qui cette exposition est l’une des plus importantes de leur jeune carrière. La porte franchie, nous sommes plongés dans la dimension de l’humour et de la culture internet et pop. Marijke et Adrian ne se connaissaient pas avant, ils ont produit sur place avec cette base commune que sont les émotions et l’amour. Le défi de nos deux commissaires ? Que le dialogue se lie au sein même de l’espace, que les visions communes émergent malgré des pratiques très différentes.

Marijke DE ROOVER est une artiste qui pratique la performance et le chant, qui travaille sur les images numériques avec des décors quasi-théâtraux. Pour EMOTIONAL LABOR, elle reprend des chansons populaires, des films, et se questionne. Quelles émotions, quels types d’amour s’imposent à travers nos propres réflexions ? Elle ajoute des textes sur des images trouvées sur internet qui font échos à ses histoires personnelles. Son leitmotiv tourne autour des amours non-réciproques et des relations kaléidoscopiques qui sortent de la conception classique de l’amour. Adrian MABILEAU EBRAHIMI TAJADOD pratique la sculpture avec des matériaux bruts, pauvres. L’artiste crée ses propres installations en béton et résine. Une structure en métal s’intègre dans un environnement conçu avec la lumière des lieux. Comme une île au sein de La Box, ses vases en grès sont érotiques et inquiétants. Clin d’œil à l’omniprésence, sur les applications de rencontres, aux corps considérés comme des objets.

                                                                             Exposition EMOTIONAL LABOR jusqu’au 25/01/2020                                                                                  Mercredi 22/01 17h: conférence pour tous avec Ariane TEMKINE- Amphithéâtre de l’école. 

                                                                                                Lien vers l’exposition Emotional Labor                                                                                                  Lien vers la conférence d’Ariane TEMKINE

L’ENSA mise sur l’ancrage territorial

Pour l’ENSA, La Box s’inscrit forcément dans un territoire avec ses spécificités. C’est un moyen de s’identifier et de faire connaître ses engagements artistiques et pédagogiques. Son ambition est forte : s’affranchir des murs de l’établissement et miser toujours plus sur l’ancrage local et régional. Les gains sont déjà là et les points de convergence se multiplient.

Ainsi, une plateforme des arts visuels permet, depuis 2018, de fédérer les principaux acteurs de la filière. L’ENSA et sa galerie La Box, Emmetrop et Bandits-Mages (respectivement centre d’art et studio-galerie regroupés à La Friche l’Antre-Peaux) organisent conjointement et avec de nombreux partenaires, la diffusion, la production et la formation artistique. Le domaine des arts visuels à Bourges est ainsi reconnu au plan national et international et constitue un pôle d’excellence identifié et singulier. La Plateforme joue aussi pleinement son rôle de lieu ressource et d’expertise pour aider tous les acteurs à construire leurs projets : résidences d’artistes en entreprise, élargissement des actions aux autres domaines d’enseignement et de recherche, valorisation des actions de formation et de diffusion mettant en jeu des domaines propres au territoire… Elle contribue aussi à l’animation du réseau Devenir.art, initié par la DRAC et la Région, regroupant des structures, des artistes, des collectivités impliqués dans le champ des arts visuels.

Autre point de convergence fertile, la fédération en Pôle des établissements d’enseignement du Cher, qui dispensent des formations artistiques sur le territoire à près de 500 élèves (étudiants et stagiaires). La création parallèle d’une filière « Création et métiers d’art », adossée à un milieu professionnel artistique actif (centres d’arts, galeries, musées, lieux de patrimoine…), est un atout pour la région et bénéficie d’une reconnaissance internationale. Pôle et filière installent une dynamique, développent des passerelles et créent des dispositifs innovants, facteurs valorisables pour nos étudiants et valorisant pour notre territoire.

Jennifer Roumet pour Hub Tech Cvl

Vidéos Romeu Martins