Articles publics

Le « pile et face » de Patrick PONCHON, Directeur du Palais d’Auron

1 commentaire
3

[INTERVIEW]

Le « pile et face » de Patrick PONCHON, Directeur du Palais d’Auron

Patrick PONCHON est directeur du Palais d’Auron à Bourges depuis près de 20 ans.
Côté pile, côté face, il nous raconte son parcours pro qui l’a conduit jusqu’à Bourges, son enfance au cœur de la Creuse et ses passions actuelles…

Côté pile, côté pro

« J’ai fait mon internat à Guéret où j’ai passé un bac Maths-Physique. Je suis parti ensuite en fac de bio à Limoges, puis Toulouse et j’ai obtenu un DEUG. Au départ, je voulais faire une prépa là-bas en agro. J’ai passé les concours, mais finalement j’ai fait une école d’ingénieur en agro-alimentaire, à Dijon. En 1989, j’ai décroché mon diplôme. J’ai fait mon service militaire dans l’armée du train, après mes classes à Tours, puis à La Rochelle. J’ai ensuite trouvé un boulot dans le poisson surgelé à Boulogne-sur-Mer. J’ai travaillé par la suite pendant 18 mois à Calais dans une usine de biscuits, l’Alsacienne, où je faisais de la gestion de production. À la fin de mon CDD, j’ai cherché du travail un certain temps, passé un certain nombre d’entretien : trop jeune, trop qualifié, pas assez qualifié…

« J’ai passé un concours de l’ANPE, que j’ai obtenu »

Je devais trouver une solution et j’ai alors passé un concours de l’ANPE, que j’ai obtenu. J’ai été nommé Conseiller principal à l’emploi… À Bourges ! C’est comme ça que je suis arrivé ici. J’ai occupé ce poste pendant 5 ans, de juin 93 à juin 98, pour finir Animateur d’équipe de 6 conseillers administratifs.  Pendant ces 5 années, j’ai animé des cercles de recherche d’emploi, c’est-à-dire des stages d’un mois à mi-temps, visant à aider les demandeurs d’emploi à construire leur recherche sur une méthode liée à une approche comportementaliste et axée sur le positif. Ces groupes de volontaires hétérogènes généraient une véritable émulation. Parmi eux, le futur directeur du Palais d’Auron, embauché par la société Gestem. Nous avons gardé contact et un beau jour, il m’a proposé de devenir son adjoint. Je suis donc arrivé là, par hasard, en 1998, sans rien connaître de l’événementiel. L’appel d’offres de la Mairie change la donne en 2002, donnant la responsabilité financière au délégataire, qui doit gérer à ses risques et périls. Coulisses remporte le marché et Daniel COLLING, son gérant, me propose alors le poste de directeur du Palais d’Auron.

« Nous accueillons 160 manifestations par an »

Rapidement, je me suis occupé de l’ensemble de Coulisses (ndlr : de la Délégation de Service Public – DSP – des Rives d’Auron et de Coulisses Prestations). En 2014, Daniel COLLING vend le Printemps de Bourges et Coulisses avec. Il répond tout de même au nouvel appel d’offres de la mairie, qu’il remporte, avec une nouvelle société : Jeanne et Louis Production. Depuis 2015, je suis toujours directeur, mais uniquement de la DSP du Palais d’Auron. En temps normal, nous accueillons 160 manifestations par an, de tous types : salons, spectacles, dîners, lotos, réunions, congrès… Et le Printemps de Bourges ! Nous organisons également, de A à Z, et avec une équipe dédiée de 3 commerciaux, la foire de Bourges et celle de Vierzon, le salon des antiquaires et celui du bel âge, le salon des vins et de la gastronomie ainsi que le marché de Noël.

« Nous savons nous adapter à chacune des configurations »

Nous accueillons également des événements de grande ampleur à l’instar des championnats d’Europe d’escrime, du congrès des pompiers avec un concert gratuit de Yannick Noah, du congrès national de Groupama, du congrès des départements de France… Côté spectacles, nous avons fait le choix en 2014 de devenir producteur pour pallier la diminution de leur nombre. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, car notre vocation est d’accueillir des tourneurs dont c’est le métier. Nous avons désormais une bonne réputation et ils sont reçus dans de bonnes conditions, avec un bon taux de remplissage. Toutes nos missions et prestations sont différentes, les cultures et les publics aussi. C’est très divers et varié, et nous savons nous adapter à chacune des configurations.  Pour couvrir tout le champ des prestations, nous sommes une équipe opérationnelle de 14 personnes dont 6 « techniques ».

Côté face, côté perso

Je suis né au fin fond de la Creuse, dans la campagne, au pied du plateau de Millevaches. Ma mère est originaire de Mantes-la-Jolie et mon père d’une ville près de Lyon, mais ils se sont connus en Algérie. Mon père travaillait à l’époque dans des entreprises agricoles et ma mère était infirmière.  Ils sont revenus en France, dans la Creuse, en 1962 pour y devenir éleveurs.

« J’ai grandi au milieu des moutons »

J’ai grandi au milieu des moutons avec mes deux sœurs. C’est chouette et pas chouette ! J’ai passé une enfance très heureuse. Après, les copains sont rares et je n’étais pas tout à fait comme eux, un peu considéré comme un immigré. C’était une vie très différente de celle des autres, notamment celle de mes cousins parisiens. Nous n’étions « pas pareils », forcément… Cependant, j’avais une liberté que l’on ne trouvait pas en ville. Aujourd’hui, j’aime les deux, la ville et la campagne. Je m’adapte. Je crois que je pourrais retourner y vivre, comme je peux vivre au milieu de plein de monde. Étudiant, je revenais les weekends, puis au fil de la vie, juste pour les vacances. Je me suis marié jeune avec une Creusoise rencontrée à la fac de Limoges. Nous avons trois enfants qui ont maintenant 33, 30 et 27 ans. Mon ainée est infirmière à Paris, comme sa grand-mère, la 2nde est consul à La Paz en Bolivie et le dernier est à Lyon, conseiller en assurance pour les chefs d’entreprise. Maintenant, j’attends les petits enfants avec impatience !

« J’ai toujours couru à fond sans me ménager ! »

Je suis un amateur de whisky, sans culture particulière. J’aime les whisky écossais, irlandais et japonais, plutôt secs et légers. J’aime aussi beaucoup le vin, sauf les liquoreux. J’apprécie la diversité de ceux de Bourgogne, de la Loire, le Croze Hermitage… J’aime bien ouvrir une bonne bouteille quand j’ai de la visite. C’est le plaisir du moment. Autre hobby, depuis longtemps : l’histoire. Je ne suis pas un grand lecteur, mais je me passionne globalement pour l’histoire de France, c’est là où j’ai mes repères, en commençant en 1500, jusqu’à l’histoire contemporaine. Côté sport, j’ai fait du foot, du judo, du tennis et j’ai 3 marathons à mon actif. L’âge me rattrape et j’ai calmé le jeu à cause de mon genou. Il faut dire que j’ai toujours couru à fond sans me ménager ! Alors je me suis mis au golf, il y a 4 ans maintenant. J’ai eu du mal à m’adapter, parce qu’il faut être calme. J’essaye d’être calme donc, mais j’ai encore du boulot à faire. Calme et patience ne sont pas mes qualités principales. Par contre, c’est addictif. Il faut dire que je suis joueur…

Sinon, je suis un amoureux des voyages, une passion que je partage avec ma femme. Nous voyageons léger avec seulement un sac à dos et nous ne retournons quasiment jamais au même endroit avec une exception pour la Toscane. Notre destination fétiche ? l’Asie : l’Inde, le Japon, le Laos, le Cambodge, la Thaïlande, l’Indonésie, Bali… ».

Avec l’expérience, que diriez-vous aujourd’hui au professionnel que vous êtes ?

« Je lui dirais, de faire ce qui lui plaît et d’avancer. Comme dirait Audiard : « Un con qui marche ira plus loin que deux intellectuels assis. »

Avec le recul, que diriez-vous à l’enfant que vous étiez ?

« Aie confiance et n’aie pas peur. »

 

 

                                                                                                       

LES RIVES D’AURON 

7 Bd Lamarck, 18000 Bourges

jlp@jeanne-et-louis-productions.com – 02 48 27 40 60

www.lesrivesdauron.com

Jennifer ROUMET, ARTÉCRIRE, pour HUB TECH CVL

Commentaires 1

  1. Christopher Goudin

    @patrickponchon @joris-baudiment

    0